LE VOYAGE DE LUCIE DINQNESH

31 décembre 2019, 7 heures du matin, Hadar, Ethiopie.

La petite Lucie Dinqnesh (tu es merveilleuse en amharique) s’est levé plus tôt que d’habitude. Et pour cause elle a fait un rêve étrange au cours duquel elle a été investie d’une mission. Elle dispose de 24 heures pour sauver l’humanité. En effet, une maladie provoquée par le nouveau coronavirus est identifiée à Wuhan, en Chine. Si rien n’est fait, elle risque de causer l’une des plus grandes catastrophes humaines jamais enregistrées jusqu’ici. Dinqnesh doit remonter dans le temps et trouver des solutions, depuis la dernière grave menace du monde, 75 ans plus tôt, la seconde guerre mondiale. Pour cela, elle doit s’adresser à chaque gardien du temps. Ceux-là même qui ont eu la lourde responsabilité de veiller sur le monde des années durant, sauront surement quelle réponse trouver à la pandémie qui s’annonce : Elle voyage dans l’espace-temps pour rencontrer les 9 secrétaires généraux de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Ce n’est point l’Histoire qui fait les hommes, mais ce sont les hommes qui font l’Histoire.


Ainsi, Dinqnesh a rencontré et convié à un conclave pour trouver la solution:
1. Trygve Halvdan Lie (Norvège), 1946- 1952. Diplômé de la Faculté de Droit d’Oslo, premier Secrétaire général de l’ONU. Après avoir vécu les affres de la seconde guerre mondiale, il a grandement participé à la rédaction de la charte des Nations Unies.


2. Dag Hammarskjöld (Suède), Docteur en droit et économie politique, a occupé le poste de 1953 jusqu’à sa mort dans un accident d’avion en Afrique en 1961.


3. U Thant (Birmanie, actuellement Myanmar), diplomate, universitaire, a servi de 1961 à 1971.


4. Kurt Waldheim (Autriche), qui occupa le poste de 1972 à 1981. Il a participé de très près à toutes les principales activités de l’ONU – politiques, économiques, sociales et administratives.


5. Javier Pèrez de Cuèllar (Pérou), avocat, qui a servi de 1982 à 1991. Au cours de sa carrière, M. Pérez de Cuéllar a été décoré par 25 pays.


6. Boutros Boutros-Ghali (Égypte), Diplomate, juriste, universitaire et auteur de nombreux ouvrages, il est le 1er africain qui a occupé le poste de SG de l’ONU, de 1992 à 1996.


7. Kofi Annan (Ghana), qui a occupé le poste de 1997 à 2006; En 2001, il a reçu le prix Nobel de la paix. Son intention était de proclamer que le seul chemin praticable vers la paix et la coopération mondiales passait par l’ONU.


8. Ban Ki-moon (Corée), qui occupa le poste de 2007 à 2016. « J’ai grandi pendant la guerre, dit le Secrétaire général, et j’ai vu l’ONU aider mon pays à se relever et à se reconstruire… En tant que Secrétaire général, je suis résolu à voir l’Organisation produire des résultats concrets et significatifs pour faire avancer la paix, le développement et les droits de l’homme. »


9. António Guterres , le neuvième SG de l’ONU, a pris ses fonctions le 1er janvier 2017.
Ayant vu souffrir les êtres humains les plus vulnérables de la planète, dans des camps de réfugiés et dans des zones de conflit, le SG est résolu à mettre la dignité humaine au cœur de son action, à se faire l’agent de la paix, à bâtir des passerelles et à promouvoir la réforme et l’innovation.

De ce voyage dans le temps et dans l’espace pour rencontrer ces figures historiques et légendaires, Dinqnesh retint ceci, Peu importe l’ère, peu importe le lieu, l’humanité a, est et sera toujours confronté à des défis. Un voyage au cours duquel espoirs, craintes, expériences, réflexions et actions se sont mêlés.


Le conclave des 9 légendaires
Dinqnesh réussit à réunir les 9 pour qu’ils trouvent ensemble une solution.
75 années plus tard, changements climatiques, pauvreté, violence, crise sanitaire mondiale Covid19, extremisme et intolérance, inégalités sociales sont autant de défis qui minent l’humanité. « Les Nations prises individuellement ne sauraient se mettre à l’abri du dérèglement climatique, des tensions liées à la concurrence des échanges commerciaux, à la montée des inégalités, à la multiplication des attentats terroristes et des actes de criminalité transnationaux » .

Qu’a donc fait l’ONU toutes ces années ?


La mission et le travail des Nations Unies, dont 193 Etats sont membres sont guidés par les objectifs et principes énoncés par sa Charte fondatrice.

  • Maintenir la paix et la sécurité internationales
  • Protéger les droits de l’homme
  • Fournir de l’aide humanitaire
  • Promouvoir le développement durable
  • Garantir le droit international

Les organes principaux de l’ONU, établis lors sa création en 1945, sont l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité, le Conseil économique et social, le Conseil de tutelle, la Cour internationale de Justice et le Secrétariat.


Le Système des Nations Unies, est composé de l’Organisation des Nations Unies et de nombreux programmes, fonds et institutions spécialisées dont quelques-unes :
Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), ONU-Femmes , Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) qui vise à éradiquer la faim et la malnutrition et s’est vu discerné le prix nobel de la paix 2020, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ,Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) , l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) visant à amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible, en 1ère ligne dans la lutte contre la Covid19, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR).

L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.

L’ONU en 75 ans a tant appris du monde, elle lui a beaucoup donné aussi, notamment de l’espoir.

D’Afrique en Amérique, en passant par l’Europe, l’Asie et l’Océanie, on n’ose imaginer ce qui serait arrivé si ce mastodonte n’avait pas existé. Elle a évolué au gré des challenges et est prête à affronter les nouveaux défis. Ce 75 ème anniversaire apparait comme une belle occasion d’établir le dialogue mondial permettant de faire un état des lieux et d’élaborer des perspectives pour un monde meilleur.


Dinqnesh après avoir passé 24 heures avec les 9 monuments, était intimidée mais fière. Elle avait trouvé la solution à la covid19, et les autres fléaux et écueils. C’était simplement la grande conscience que les Nations Unies ont développée au fil des années. Dans l’espoir qu’ils ont semé, devrait germer le plus grand sentiment qui est celui d’aimer.

Il était temps de partir. Les neuf lui sourirent. Leur sourire semblait vouloir dire que l’avenir appartient à la jeunesse, qui doit porter loin les rêves des autres et se battre pour une vie meilleure. L’avenir appartient aussi aux femmes, qui sont à tort considérées comme le sexe faible mais qui sont les garantes du développement. Qui sait ? Peut-être le 10 ème secrétaire général des Nations Unies sera un jeune, ou une femme ou une jeune femme ? C’était peut-être la signification de leur sourire… Pour encore plus de paix, beaucoup plus de dignité et une réelle égalité sur une planète saine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :